Le bokit guadeloupéen revisité à Lorient

Le bokit guadeloupéen revisité à Lorient

Le bokit guadeloupéen, ce sandwich ancré dans les habitudes culinaires locales n’est plus à découvrir. Il a même franchi les océans pour conquérir l’Europe. Depuis plusieurs années déjà, il se vend à Londres, à Paris et ailleurs. Désormais, on peut le déguster à Lorient (Bretagne sud) où est installé Roméo, gérant de L’Orchidée noire, un restaurant qui propose des plats africains et créoles. Et parmi ses mets les plus prisés, le bokit guadeloupéen est en bonne place.

Le bokit, réalisé à base de farine, a la particularité d’être frit dans un bain d’huile. Tout se joue dans la confection de la pâte. Ensuite, on peut l’agrémenter avec les ingrédients de son choix. Le plus souvent, on y ajoute du poulet, de la morue, du lambi ou un mélange de jambon, de fromage, de saucisses et d’œufs. Suivant les goûts, on peut tenter d’équilibrer avec des crudités (laitue, tomates principalement) mais également des oignons. Pour le relever, on a la possibilité d’y ajouter, du piment, du ketchup, de la mayonnaise ou de la sauce créole. Un bokit réussi est d’abord croustillant sous les dents et moelleux dans la bouche. Il est d’un diamètre d’une quinzaine de centimètres plus ou moins.

Le bokit guadeloupéen aux algues

Celui de Roméo n’est pas exactement de cette dimension. Il ne ressemble pas, en termes de taille, au bokit qu’on trouve sur la place de la Victoire, à Pointe-à-Pitre ou sur le boulevard Gerty-Archimède à Basse-Terre. Le bokit proposé par Roméo est en fait un mi-bokit. Il explique pourquoi il a eu l’idée d’en faire et les raisons pour lesquelles il a apporté sa touche personnelle, qui ne se limite pas seulement au format miniature de ce bokit. Il va même jusqu’à l’intégration des algues, d’après une suggestion de Marie-Line Théophile, passionnée des algues.

Il explique sa démarche :

Avant le bokit guadeloupéen, Roméo a quand même eu un long parcours.

Cela dit, le bokit n’est pas disponible uniquement à L’Orchidée noire. Certains restaurateurs de Bretagne se sont spécialisés dans ce sandwich au goût des tropiques. On peut citer, entre autres, Breizh Bokit, à Clohars-Carnoët (Finistère) et Ti-Bokit, à Baulon (Ile-et-Vilaine).

Dans l’ouvrage Voyage au pays du bokit, publié en juillet 2004, le journaliste guadeloupéen Jacques Dancale tente de retracer l’histoire de ce produit que le site rootsmagazine.fr qualifie de sandwich de légende.

NEWSLETTER

Merci d’entrer votre email ci-dessous :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*